Le  Grenier de Super Daddy

Écrits, photos et vidéos, souvenirs et reliques, coups de cœurs et citations...

© Claude Danis

Recherche personnalisée

Écrivez-moi

Livre d'or

Pourquoi ce site ?

Mon album Photos et Souvenirs

(Pour le charger sur votre ordi, 

cliquez avec bouton droit et "enregistrer la cible sous..." )

Récits : Autres lieux, 

autres temps, autres êtres...

Afghanistan

Odeurs  du pays perdu

Le Gâteau 

de Pâques

Art,littérature,citations,écrits

Cloddie

 La ballade 

du point virgule

Fanfreluche Copier Coller la Vie

Théâtre, photos, vidéos, 

enregistrements sonores...

Linguistique, économétrie, 

physique, psychologie...

Test de 

personnalité

Test pour 

faire le point

Mémoire du temps passé

J'ai oublié...

Proposition 171

Emploi du temps

Écrivez-moi

Livre d'or

Correspondances

Je t'écris...

Lettre de rupture

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites

Index des noms

Ce site en chantier

Sites Amis

Atelier d'écriture 

Amour-Humour

Histoires-de-chats 

L'oeil du cameleon

Mariage et Religion

Renée Jeanne mignard 

vanessa 

Merci de me faire part de toutes 

vos remarques et critiques.

compteur :

Google Analytic

 

 
 

 

 

 

 

 

 

Parodie du Cid                  

Cette parodie du Cid a été reprise d’une revue ‘Humour Magasine’, je crois, parue dans les année 1948-52. J’en ignore l’auteur, mais je pense qu’elle ne devrait pas être oubliée. Si quelqu’un peut me renseigner…  

 

 Chacun des personnages parle par deux ou trois syllabes seulement, mais l’interprétation, à mon sens, doit donner à chaque réplique tout son poids : les silences entre celles-ci doivent être porteur de sens…  

Mai 1955, Alger.

 

 

 

 

Je cite ici les noms des interprètes. Peut-être se reconnaitreront-ils.

Décembre 1952 :

R : Claude Danis. G : Jean Cazemajou. 

D : Jean-Paul Cambefort. Ro : Serge Morateur.

C : Georges Oltra. Garde : Charles-Henri Faucon.

Mise en scène : Claude Danis.

Mai 1955

R : Jacques Faucon. G : Maurice Michaud. 

D : André Liaras. Ro : Claude Danis.

C : Maryse Cohen. Garde : Guy Teisseire.

Mise en scène : Serge Torres et Jacques Guivac’h.

Eclairage et Matériel : Jacques Duché.

Guy Teisseire.

(1934 - ...)

Né en 1934 à Alger, Guy Teisseire fut critiqué de cinéma durant les premières années de sa carrière journalistique. A la guerre d'Algérie il fut mobilisé et affecté au service psychologique de l'armée. Reporter militaire de 1957 à 1958 il croise sur son chemin un certain nombre d'agents secrets. Plus tard, il retrouve son métier de journaliste et devient critique de cinéma à L'Aurore. Depuis il rédige de nombreux articles pour différents journaux dont Le Quotidien et Le Matin. Ses romans, qû'il s'agisse de "Il faut tuer Birgitt Haas", "Un peu plus loin que l'Occident" ou "La main d'Abraham" reflètent le même point de vue original, à la fois pessimiste et désabusé sur la relativité de toute morale en milieu politique.
Source : Le Livre de Poche, LGF

Guy Teisseire est mort

Guy Teisseire, critique de cinéma de « France-Soir », est décédé mardi dans une clinique de Pau, à l’âge de soixante ans. Fou de cinéma depuis son enfance, admirateur et ami de François Truffaut et des réalisateurs de la Nouvelle Vague, il avait passé toute sa carrière journalistique en qualité de critique, à « l’Aurore », puis au « Matin de Paris » et à « France-Soir », tout en collaborant à de nombreuses revues de cinéma. Guy Teisseire était aussi l’auteur de plusieurs romans dont « l’Histoire de Birgitt Haas », sur la tentative d’assassinat d’une militante gauchiste par la police secrète de la RFA, qui fut porté à l’écran en 1981 par Laurent Heynemann.

L'Humanité, le 7 octobre 1993