Le  Grenier de Super Daddy

Écrits, photos et vidéos, souvenirs et reliques, coups de cœurs et citations...

© Claude Danis

Recherche personnalisée

Écrivez-moi

Livre d'or

Pourquoi ce site ?

Mon album Photos et Souvenirs

(Pour le charger sur votre ordi, 

cliquez avec bouton droit et "enregistrer la cible sous..." )

Récits : Autres lieux, 

autres temps, autres êtres...

Afghanistan

Odeurs  du pays perdu

Le Gâteau 

de Pâques

Art,littérature,citations,écrits

Cloddie

 La ballade 

du point virgule

Fanfreluche Copier Coller la Vie

Théâtre, photos, vidéos, 

enregistrements sonores...

Linguistique, économétrie, 

physique, psychologie...

Test de 

personnalité

Test pour 

faire le point

Mémoire du temps passé

J'ai oublié...

Proposition 171

Emploi du temps

Écrivez-moi

Livre d'or

Correspondances

Je t'écris...

Lettre de rupture

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites

Index des noms

Ce site en chantier

Sites Amis

Atelier d'écriture 

Amour-Humour

Histoires-de-chats 

L'oeil du cameleon

Mariage et Religion

Renée Jeanne mignard 

vanessa 

Merci de me faire part de toutes 

vos remarques et critiques.

compteur :

Google Analytic

 

 
 

 

 

 

 

 

 

Claude Danis : Mon enfance...  

          

A lire, la suite de mon autobiographie édifiante   et Odeurs du temps perdu

Pour voir la photo satellite des lieux de mon enfance :

Tout d'abord, téléchargez Google Earth si vous ne l'avez pas déjà : http://earth.google.fr/ 

puis allez à GoogleEarth_R_Alger

Mon enfance s'est passée à Alger, où j'ai vécu jusqu'à 25 ans...

 

Quand j'étais petit, j'aimais bien taquiner ma petite sœur qui appelait notre mère au secours : " Manman ! MANMAN !!! (cris d'orfraie) - Qu'est-ce qui arrive ? C'est encore Claude ??? - Oui ! - Qu'est-ce qu'il t'a encore fait, ma pauvre chérie ? - Manman ! Y me fait des grimaces !!!! (pleurs).

Nous avions des petits bancs en bois, que nous imaginions en maison de poupée. Nous y passions des heures... Nous avions aussi un vieil ours en peluche qui n'avait ni bras, ni jambe, et un seul oeil. Il était vétu d'un sweet-shirt de bébé, et nous le tenions par les manches en nous promenant. Un jour il est tombé sans qu'on s'en aperçoive, seulement au bout d'un quart d'heure ! Il a fallu faire demi tour pour le retrouver...

Je me souviens aussi des bombardements (par les avions allemand ou américains ?). Nous descendions dans la cave en pleine nuit. Quand les Américains ont débarqué, c'était la grande fête ! Ils avaient réquisitionné un garage en face de chez notre grand-mère, Éva, qui nous gardait chez elle, pendant que notre mère travaillait. Mais la pauvre était souvent obligée de nous laisser seuls, car elle avait un restaurant (la Restaurant Végétarien, rue Charras), et nous en profitions pour faire les pires bêtises, généralement imaginées par moi, ma sœur suivait toujours. 

Nous avions remarqué que les Américains avaient un gros tas de sable devant ce garage, et nous avons fait le va et vient avec nos petits seaux pour en amener sur la terrasse. Un autre jour, nous nous sommes amusés à jeter tout un grand bocal de pois chiches sur les passants, alors que toutes les provisions étaient rares et chères. Mémé Éva était désespérée. 

Notre mère nous laissait descendre du tram, avec notre goûter et une fois, nous l'avions oublié en descendant : Elle nous l'a lancé par la fenêtre, mais, naturellement, le paquet s'est défait, et tout est tombé par terre... 

A cette époque, c'est notre grand-père Gaston qui venait le jeudi nous accompagner au Parc Mont-Riant. Nous avions un ami, Jocelyn, qui venait avec nous. Nous amenions une auto à pédale, et dévalions la pente comme des fous. Pépé nous courait après, affolé... Il y avait des gazelles qui mangeaient des cigarettes, et, en haut, tout un espace en friche, l'endroit idéal pour jouer aux cow-boys et aux indiens. Avec Jocelyn, nous formions une armée : Il était capitaine, moi, lieutenant, et Michèle, simple soldat. Nous montions sur une armoire pour sauter sur le lit, il passait d'une fenêtre au balcon par l'extérieur... Quel diable ! J'avais trouvé mon maître ! A notre mère, inquiète, "Ca risque rien, M'dame". Plus tard, Michèle l'a revu : Il s'était engagé dans la marine...

Nous avions une voisine, Madame Rubin, qui  était veuve. Elle nous parlait de son mari : "Il voulait toujours que notre fille mange du pain avec tout. Un jour, je lui ai dit - Tu aimes, toi, manger du pain avec le raisin ? Eh bien, mange-z-en, et laisse la petite tranquille !". Et bien, après çà, il n'a plus jamais rien dit !"

 Suite :Après la fin de la guerre, nous sommes devenus plus raisonnables

Retour au récit avec petites images