Le  Grenier de Super Daddy

Écrits, photos et vidéos, souvenirs et reliques, coups de cœurs et citations...

© Claude Danis

Recherche personnalisée

Écrivez-moi

Livre d'or

Pourquoi ce site ?

Mon album Photos et Souvenirs

(Pour le charger sur votre ordi, 

cliquez avec bouton droit et "enregistrer la cible sous..." )

Récits : Autres lieux, 

autres temps, autres êtres...

Afghanistan

Odeurs  du pays perdu

Le Gâteau 

de Pâques

Art,littérature,citations,écrits

Cloddie

 La ballade 

du point virgule

Fanfreluche Copier Coller la Vie

Théâtre, photos, vidéos, 

enregistrements sonores...

Linguistique, économétrie, 

physique, psychologie...

Test de 

personnalité

Test pour 

faire le point

Mémoire du temps passé

J'ai oublié...

Proposition 171

Emploi du temps

Écrivez-moi

Livre d'or

Correspondances

Je t'écris...

Lettre de rupture

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites

Index des noms

Ce site en chantier

Sites Amis

Atelier d'écriture 

Amour-Humour

Histoires-de-chats 

L'oeil du cameleon

Mariage et Religion

Renée Jeanne mignard 

vanessa 

Merci de me faire part de toutes 

vos remarques et critiques.

compteur :

Google Analytic

 

 
 

 

 

 

 

 

 

L'odeur du café


                 Ça s'est passé un matin.

    Un matin comme aujourd'hui. Gris. Un matin de ville. Un matin où tu vois que des toits gris dans le ciel gris. Un matin où tu te dis-: à quoi bon ? À quoi bon se lever, une fois de plus, pour ne voir que des toits et du gris ?  T'as même pas envie de faire du café, tu passes celui de la veille au micro ondes.

    Tiens, sers toi, Hélène. Tu prends du lait dans ton thé ? Je dois bien avoir de la confiture quelque part.

    T'es gentille de venir me voir. Je n'ai plus guère de visite à présent. Ah si, le petit Jacques est venu au nouvel an ; à moins que ce ne soit l'an dernier. tu te souviens de Jacques ? Mais si, mon neveu, le fils de Pauline.il est revenu au village, il est médecin maintenant, le petit Jacques, il va bien sur ses. ah dis donc, cinquante  ans ! je me souviens bien, il est né pendant la grande inondation, la sage femme est arrivée dans le zodiaque des pompiers.Tous les ans, il vient à Paris avec sa femme, pour le nouvel an, ils vont au spectacle. Il ne manque jamais de venir me dire bonjour. Sa femme ? non, elle ne vient pas, elle doit faire les magasins, tu comprends ils n'ont déjà pas tellement de vacances, les pauvres!

    Veux tu encore du pain grillé ? Tu te souviens, la colo des cheminots ? C'est là qu'on a vu un grille pain pour la première fois, toi et moi ! On s'est dit, rappelle toi,  "mais qui va acheter ce truc là, alors qu'on peut faire griller les tartines pour rien sur la cuisinière ?."

    C'est l'odeur du café, tu vois,  que je ne peux plus supporter.

    Pourtant, qu'est ce que j'ai pu en prendre, du café, avec les collègues de la Samaritaine ! Au début, on en faisait du vrai, dans une cafetière, dans la réserve. Qu'est ce qu'on rigolait, assises sur les cartons, jusqu'à ce que Mme Merlin  vienne nous dire "allez, les filles, au boulot !" Après on a eu un distributeur, dans le couloir, café avec ou sans sucre, long ou serré. Du café anonyme, du café triste, avec le goût de papier du gobelet, debout, vite fait, à la sauvette. "Salut, Mathilde, ton gamin, comment il va ? On t'a pas vue, Arlette, à la réunion syndicale."

    Pas fameux ce café, mais pas pire que le jus de chaussette qui mijotait du matin au soir sur le côté de la cuisinière, dans la cafetière en émail blanc, à la ferme. Mais qu'est ce qu'il était bon, quand ma mère le servait à qui passait, dans les grosses tasses de faïence, sur la toile cirée à carreaux ! Et il en passait, du monde, tout au long de la journée !

    À peine j'étais enceinte,  de la veille, comme disait  Marcel -  tu te rappelles comme il était drôle mon Marcel ? - à peine j'étais enceinte, je le savais, parce que je ne supportais plus l'odeur du café ! Mais alors, plus du tout.

    Le vieux Docteur Guermont, - tu l'as bien connu aussi - disait toujours : "dans le nord, le meilleur test de grossesse, c'est l'odeur du café, c'est le corps qui n'en veut plus, on ne sait pas pourquoi." Ça s'est passé comme ça, pour les trois que j'ai perdus, et aussi pour Pierre. Des mois que ça a duré ! plus une goutte de café chaud, le café froid, ça passait encore. C'est l'odeur du café que je ne supportais pas.

    Ce matin là, j'avais fait du café pour Pierre.

    On l'avait raté la veille, gare de Lyon. On avait attendu sur le quai que tout le train des permissionnaires se vide. Marcel a dit :" c'est pas étonnant, tu ne sais pas ce que c'est que l'armée, ma Didine -  Tu te rappelles qu'il m'appelait sa Didine ? c'était ridicule - .  Sûr qu'il va prendre le train de nuit, on l'aura demain pour le petit déjeuner ".

    On était repartis, bras dessus, bras dessous, sous la pluie.

    À six heures, je ne tenais plus dans mon lit. J'ai fait du café. Marcel est allé chercher de la baguette fraîche. Qu'est ce qu'il aimait ça, la baguette fraîche, mon Pierrot ! "Maman, j'en rêve," qu'il disait dans ses lettres, "dans le bled, on n'en a jamais " .

    Quand on a sonné, je me suis précipitée. Ils étaient deux, les gendarmes. Je me souviens que j'ai pensé à Laurel et Hardy, un grand gros et un petit maigre.

    Et Marcel derrière, comme un con, avec sa baguette.

     Emma

 

     Retour