Le  Grenier de Super Daddy

Écrits, photos et vidéos, souvenirs et reliques, coups de cœurs et citations...

© Claude Danis

Recherche personnalisée

Écrivez-moi

Livre d'or

Pourquoi ce site ?

Mon album Photos et Souvenirs

(Pour le charger sur votre ordi, 

cliquez avec bouton droit et "enregistrer la cible sous..." )

Récits : Autres lieux, 

autres temps, autres êtres...

Afghanistan

Odeurs  du pays perdu

Le Gâteau 

de Pâques

Art,littérature,citations,écrits

Cloddie

 La ballade 

du point virgule

Fanfreluche Copier Coller la Vie

Théâtre, photos, vidéos, 

enregistrements sonores...

Linguistique, économétrie, 

physique, psychologie...

Test de 

personnalité

Test pour 

faire le point

Mémoire du temps passé

J'ai oublié...

Proposition 171

Emploi du temps

Écrivez-moi

Livre d'or

Correspondances

Je t'écris...

Lettre de rupture

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites

Index des noms

Ce site en chantier

Sites Amis

Atelier d'écriture 

Amour-Humour

Histoires-de-chats 

L'oeil du cameleon

Mariage et Religion

Renée Jeanne mignard 

vanessa 

Merci de me faire part de toutes 

vos remarques et critiques.

compteur :

Google Analytic

 

 
 

 

 

 

 

 

 

La langue Roumaine

L'état du pays

Les paysages

Les habitants

Les Arts.

Littérature 

Insolites

Humour

Une délicieuse recette en vidéo: 

Le Gâteau de Paques 

Courrier..

 

 

Insolites

 

 

 

Fisc et maléfices

Les sorcières roumaines ont lancé un sort au gouvernement en jetant de la mandragore dans le Danube. Motif de leur courroux : depuis le 1er janvier 2011, ces dames doivent payer des impôts, l’exercice de la sorcellerie étant désormais considéré comme une profession libérale. “Cette loi est une connerie. Ils nous taxent alors qu’on gagne une misère. Avec ce que leurs magouilles leur rapportent, les députés feraient mieux de s’en prendre à eux-mêmes. Ils volent et ensuite ils nous demandent de jeter des sorts à leurs ennemis”, s’indigne une professionnelle, Alisia. “Mes charmes fonctionnent toujours”, fulmine Bratara Buzea, qui mise sur des excréments de chat, un chien mort et des incantations pour se venger des 16 % de taxe imposés par le gouvernement. “Nous faisons du mal à ceux qui nous en font. Ils veulent nous faire payer pour sortir le pays de la crise, mais c’est à cause d’eux si on en est là.” Les maléfices de la profession sont pris très au sérieux en Roumanie, où la croyance pour la magie noire reste très vivace. Le président et son entourage portent du violet pour se protéger du mauvais sort, rappelle Business Magazin. En 2009, Mircea Geoana, le leader du Parti social-démocrate, affirmait avoir perdu les élections à cause des “énergies négatives” déployées contre lui par son rival, le président Traian Basescu. La législation réglementant l’exercice de la sorcellerie a été adoptée malgré l’avis défavorable des juristes du Sénat – des sénateurs mus par “la crainte des malédictions et l’absence de foi en Dieu”, à en croire un des promoteurs de la loi, le député Alin Popoviciu, cité par le quotidien Gandul.

 

Exaspérée, elle met son mari dans la niche du chien      

L'histoire se passe en Roumanie. Mais il ne faudrait pas qu'elle donne des idées aux épouses françaises. En Roumanie donc, une femme au caractère inévitablement bien trempé a viré son mari du domicile conjugal et l'a installé dans la niche du chien.     Motif de cette punition inhumaine: Vlad Popescu est (selon sa femme) un alcoolique invétéré, une sorte d'incapable, de bon à rien (c'est toujours elle qui le dit) qui a fini par saouler son entourage. "Je n'ai même pas le droit d'aller à l'intérieur pour utiliser les toilettes", se plaint-il grelottant de froid dans la niche qu'il a du calfeutrer avec du papier journal.     Pendant ce temps, Maria, sa femme, vit au chaud dans la maison en compagnie de ses deux enfants. 'réparer la niche est la seule chose qu'il a accompli en 10 ans. Son alcoolisme a rendu notre vie de famille misérable. Il est grand temps qu'il se réveille et affronte ses responsabilités", a-t-elle expliqué. Tout ceci est bien joli mais pendant ce temps... où dort le chien?

 

Traitement de chien
Les médecins de l'hôpital des maladies infectieuses de lasi vers lesquels on dirigeait jusqu'ici des patients mordus par des chiens errants n'en reviennent pas... En deux jours, à la mi- juin, ils ont eu à soigner deux habitants mordus par leurs concitoyens. Le premier est un piéton sur lequel s'est précipité un conducteur énervé parce qu'il ne tra- versait pas assez vite le passage clouté; le second, une femme qui avait refusé d'acheter des billets de tombola. Les deux victimes ont été cependant dispensées de traitement antirabique après que leurs agresseurs, qui seront poursuivis, aient subi un test de dépistage.

 


Reprise des 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vieilles poupées gonflables
S'inspirant de la campagne gouvernementale "Rabla pentru masini", visant à donner un peu d'air à Dacia en offrant des primes aux automobilistes qui changent leurs vieilles voitures contre une nouvelle, une sex-shop de Vaslui a lancé une campagne de promotion "Rabla pen/ru vibra/Dore si papusi gonflabile" proposant une réduction de 20 % aux clients qui viennent troquer leurs vibrateurs ou poupées gonflables usés contre des modèles neufs.

 

"Nuit de rêve" à l'hôtel Tineretului de Constantsa

Des "fastes" du communisme à la calamiteuse transition 

Il est encore possible de vivre l'expérience d'une nuit dans un hôtel communiste, mais cela va devenir de plus en plus difficile, beaucoup fermant ou n'étant pas rénovés, ce qui permet en outre d'avoir un aperçu du chaos provoqué par la "transition". On peut avoir encore cette opportunité à l'hôtel-restaurant Tineretului (Hôtel de la Jeunesse), dans le centre de Constantsa, qui accueillait autrefois la nomenklatura et les futurs cadres du Parti. 

Dans la première chambre attribuée, les draps, troués, semblent avoir fait la Grande Guerre et le lit est presque défoncé. La salle de bain, offre le choix entre une profusion de serviettes, toutes usées jusqu'à la corde. Le tuyau de la douche pendouille au dessus d'un bac rongé par des tâches brunâtres repoussantes d'où sortent des cafards. Grand classique: pour avoir de l'eau chaude, il faut ouvrir le robinet d'eau froide et vice-versa.

Les couche-tôt sont brusquement réveillés par la sono du disco qui se met à beugler à l'étage du dessous, fait trembler les murs et donne des palpitations. Les couche-tard devront attendre sa fermeture et patienter jusqu'à deux heures du matin pour trouver un peu de calme. Une solution est de demander à changer de chambre pour déménager au septième et dernier étage. Bien sûr, il faut avoir le courage de faire ses valises en pleine nuit et de grimper les escaliers puisqu'il n'y a pas d'ascenseur. Non seulement on n'y perd pas au change, puisqu'on y retrouve les mêmes caractéristiques - draps, serviettes râpées, bloc sanitaire mangé par la rouille - mais, sans avoir à payer de supplément, on y gagne quelques spécificités de l'établissement. La chaîne de la chasse d'eau est toujours cassée mais, cette fois-ci, il faut sauter pour l'attraper. Le carrelage de la salle de bain est troué... ce qui permet de voir l'eau usée s'écouler sous ses pieds. Mais enfin, on retrouve le silence... du moins jusqu'à ce qu'un râle de moribond vous réveille, cette fois-ci en sueur, vous plongeant dans une angoisse effrayante jusqu'au petit matin. C'est un robinet, impossible à fermer davantage, qui tente d'expirer en vain ses dernières gouttes d'eau. Seule solution: ouvrir la porte du frigo pour que le bruit du moteur le couvre, jusqu'à ce qu'il ne rende lui-même le dernier râle. 

Le jour se levant, le cauchemar se termine. Rien de tel qu'un solide petit-déjeuner pour retrouver la forme. Dans la grande salle où se tenaient les banquets de la nomenklatura d'autrefois, un personnel pléthorique, traînant son ennui, guet- te le moindre client. La "Révolution" ne semble pas encore être parvenue jusqu'ici. On ignore ce qu'est un espresso et on sert un café à la turc, contenant un tiers de marc... Mais, comme autrefois, on n'oublie pas de taxer le touriste étranger: 28 euros," pour cette nuit de rêve.   (Henri Gillet)

Haut de page

 

Sur la route...

Un Moldave chez les Roumains : 
"Le pays où l'on taxe l'accouplement canin!"
Un impôt pour les voitures neuves, un autre pour les eaux de pluie, etc. Un journaliste moldave, à la manière des Lettres persanes de Montesquieu, découvre avec stupéfaction la multiplication des taxes chez les voisins roumains.
"La Roumanie est le pays des taxes les plus invraisemblables. Après la célèbre taxe auto (dite de 'pollution", elle prévoit une taxe plus élevée pour les voitures neuves car elles vont polluer plus longtemps) instaurée par le Premier ministre CaIin Tariceanu et la taxe sur la récupération des eaux de pluie, voilà que vient d'être inventée la taxe sur... l'accouplement des ! animaux! Les sénateurs - ces élus populaires de la nomenklatura - ont aussitôt voté une loi dans ce sens, et, si elle passe l'étape de l'Assemblée, les resquilleurs risqueront une amende pouvant aller jusqu'à 10000 lei (soit 2860 euros). 
Et si votre chat ne demande pas la permission avant de s'unir à l'être aimé? Et si, sortant se promener, votre toutou s'abandonne à la passion amoureuse dans le premier buisson venu sans que son propriétaire s'en aperçoive? Puisque les propriétaires d'animaux doivent s'acquitter d'une taxe pour que ces derniers puissent s'accoupler, je propose que nous donnions des papiers d'identité aux fruits de ces unions. Puisqu'ils paient l'impôt, que ces animaux soient pourvus d'un passeport et qu'ils puissent voter!
Je conseille aussi que cette nouvelle taxe soit testée à Brasov, la seule ville au monde où les animaux domestiques doivent s'acquitter des charges de copropriété au même titre que leurs maîtres.
Le Collège des médecins a proposé l'autre jour que la traditionnelle cruche de vin que tout patient roumain remet à son médecin généraliste - le tarif de la consultation remboursée par la sécurité sociale étant quasi symbolique - soit transformée en taxe tout ce qu'il y a de plus légal. Légaliser le bakchich, en somme! Un peu comme si les voleurs à la tire demandaient la légalisation du larcin, les voleurs de voitures la légalisation du crochetage des portières, les violeurs la légalisation du viol, les terroristes la légalisation de la ceinture d'explosifs, etc. 
J'ai appris qu'un homme mort depuis vingt-trois ans avait été convoqué pour effectuer un check-up gratuit - et il était loin d'être le seul d'entre les morts à avoir été sommé de se présenter chez le médecin, oh non! Alors, à mon tour, je propose que l'on taxe désormais les morts qui, contre toute attente, ne se présentent pas chez le médecin quand l'État le leur demande".
Mihail Vakulovski dans "LES NOUVELLES DE ROUMANIE"
 

Haut de page

 

Les chèvres mettent la Roumanie au travail

Les allocations chômage? Ça suffit!  A Indipendenta, au sud-est de la Roumanie, les chômeurs recevront des chèvres en guise d'aide sociale.  Ainsi en a-t-il été décidé par arrêté municipal. Chacune des trente familles concernées par ce projet aura droit à dix chèvres, importées de France et d'Autriche, rapporte le quotidien Adevarul. En contrepartie, les intéressés devront apporter à la mairie trois chevreaux sevrés par an.  La municipalité les offrira ensuite par lots de dix aux jeunes mariés. Il n'y a pas de raison que les jeunes au chômage restent les bras croisés, alors que "les vieux s'échinent à bêcher, élèvent des animaux dans leur enclos et payent des taxes et des impôts", estime le maire, Cristea Gascan. Pour l'heure, les réactions sont mitigées. D'aucuns sont heureux d'avoir une occupation et de pouvoir vendre du fromage dans les marchés communaux, d'autres, préféreraient largement des espèces sonnantes et trébuchantes. Cristea Gascan donnera donc l'exemple: il s'est inscrit lui-même au programme, et montrera comment on s'occupe d'un cheptel. Et comme on n'est jamais trop prudent, un inspecteur s'assurera que les chèvres ne sont pas revendues par leur famille d'accueil ou qu'elles ne sont pas passées à la casserole. 

(Courrier International. N° 864) 

Haut de page

 

A défaut du Paradis, ... s'assurer sur terre
Les fidèles de l'Église de Urlati ont sursauté lors du sermon du prêtre de la paroisse en l'entendant les inciter à prendre une assurance et à souscrire à un fonds de retraite privé auprès d'AIG, un des plus grands fonds d'investissement mondiaux. Ioan Arion se défend toutefois d'avoir voulu lui faire de la publicité, mais "assure" au contraire qu'il a voulu mettre en garde ses ouailles pour qu'elles n'aillent pas souscrire une assurance ailleurs où elles risqueraient d'être escroquées, comme cela est arrivé dans le passé avec les fonds FNI, ruinant des dizaines de milliers de Roumains qui y avaient mis toutes leurs économies.
Interrogé par les journalistes, Ion Arion a indiqué qu'il avait été contacté par différentes assurances mais qu'il a voulu recommander la meilleure à ses compatriotes, "la souscription de retraites privés étant désormais imposée par l'Union Européenne"... ce qui est faux. S'il ne garantit pas le paradis à tous ses paroissiens, au moins le pope espère-t-il bien les assurer pour leur vie terrestre... d'autant mieux que sa femme est la représentante locale d'AIG ! 

dans "LES NOUVELLES DE ROUMANIE"

Haut de page